Test et avis de The Procession to Calvary / Monty Python VS point & click VS Rembrandt

Le 04-01-2023 par Scylla qui parle de Point and click Sortie boîte

Test et avis The procession to calvary

Vous avez entendu parler de la petite pépite vidéoludique The Procession To Calvary ? C'est une aventure point & click qui prend place dans un univers composé de collages de grands tableaux de la Renaissance, le tout, accompagné par une douce musique classique. Attendez ne partez pas tout de suite !!! The Procession To Calvary, c'est également un jeu gore, hilarant, absurde et complètement barré. Si si, je vous assure. Je vous en parle un peu plus en détails dans les lignes qui suivent.

Quelques mots sur la production du jeu

The Procession to Calvary, c'est la dernière création de Joe Richardson, qui n'en est pas à son premier coup d'essai. En 2017, il nous gratifiait déjà du très réussi Four Last Things, un point & click dans la même veine que son nouveau bébé.

Procession To Calvary a été publié initialement en 2021. Édité par Digerati sur toutes les plateformes, il n'est toujours disponible qu'en dématérialisé. Mais, bonne nouvelle, le jeu va revenir en 2023. L'éditeur français Red Art Games prépare une version boîte pour la Switch et la PS4. Si vous êtes intéressé, les pré-commandes sont déjà lancées depuis le 2 décembre, et il n'y en aura certainement pas pour tout le monde.

Un scénario et un univers loufoques à la Monthy Python

Bellona ( Rembrandt)

Dans The Procession To Calvary, vous incarnez la Bellona de Rembrandt. La guerre sainte prend fin, la paix peut enfin régner sur le royaume. Une paix qui n'est pas vraiment à votre goût, car s'il y a une chose que vous adorez, c'est le meurtre. Vous parvenez donc à convaincre le roi actuel d'aller botter les fesses de l'ancien tyran Pierre le Divin. Vous partez donc pour une croisade solitaire et sanguinaire dans les terres du sud. Une bonne base pour une aventure qui ne va pas vous laisser indifférent.

Une bonne entrée pour le genre point & click

Je vais être honnête, de base, le point & click m'ennuie. Ses mécaniques, son rythme, ses dialogues interminables et souvent inintéressants, ses énigmes, ou trop simplistes ou trop tirées par les cheveux... Bref, vous avez compris, je ne suis pas fan.

The Procession to Calvary ne déroge pas à la règle. Les interactions possibles avec l'environnement se limitent à examiner, parler, récupérer un artefact ou faire une action (applaudir les musiciens des différents tableaux, tapoter la tête d'un mendiant, baffer un unijambiste...). Mais l'univers dépeint est tellement teinté d'humour noir et de fantaisie, qu'on ne demande qu'à en étudier tous les détails, à en épuiser tous les dialogues.

Quant aux énigmes, elles offrent la parfaite balance entre fun et difficulté. Et si à un moment, vous tournez un peu trop en rond, pas besoin de chercher la soluce, vous sortez votre épée et vous décapitez la personne qui se dresse entre vous et votre mission.

Un travail visuel incroyable

visuel du jeu

The Procession To Calvary témoigne d'un amour sans borne pour l'art pictural. Que vous soyez un connaisseur ou nom, vous allez forcément tomber par terre devant le travail esthétique effectué. C'est simple, on a vraiment l'impression de gambader dans un univers cohérent et orignal, alors qu'on ne fait que sauter de toile de maître en toile de maître.

Une grande maîtrise du collage qui va vous faire découvrir Rembrandt, Botticelli ou encore Michelangelo sous un jour nouveau. L'animation des PNJ en mode marionnette, et leurs expressions de visage contribuent également à rendre le monde dépeint extrêmement vivant. Quant à la musique qui accompagne votre aventure (des classiques de Bach, de Vivaldi ou de Handel), elle apporte une ambiance particulière à chaque scène.

De l'humour noir, des dialogues débiles et du fun

il se passe quoi là au juste?

Des crucifiés qui hurlent et font des grimaces grotesques, un homme attaché et rôti à la broche comme un cochon, un prêtre qui demande comme pot-de-vin un enfant potelé, souple aux joues roses... Procession to Calvary ne fait vraiment pas dans la dentelle question humour. Mention spéciale à la vendeuse de merchandising de crucifixion qui fabrique des t-shirts personnalisés en utilisant comme modèle...

Les têtes décapitées des crucifiés. En plus de cet humour un peu (beaucoup) glauque, Joe Richardson n'hésite pas à briser le quatrième mur à plusieurs reprises et à nous ravir (ou à nous dépiter, ça dépend) de dialogues plus absurdes les uns que les autres. L'humour est donc omniprésent, pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

Alors Procession to Calvary, un chef d'œuvre ? Pas tout à fait

Malgré toutes les qualités de The Procession to Calvary, j'ai quand même quelques réserves. Tout d'abord, le jeu se termine très rapidement. Deux heures suffiront pour en voir le bout. Ensuite, on peut être un peu déçu que sur Switch, par exemple, on ne puisse pas jouer avec l'écran tactile.

Enfin, durant le jeu, j'ai eu trop souvent l'impression d'avoir affaire à un concept génial, mais qui n'a pas encore atteint sa pleine maturité. Il m'a laissé un goût d'inachevé. Du coup, j'attends avec impatience le prochain titre de Joe Richardson.

Mon avis sur The Procession to Calvary

notation

The Procession to Calvary ne plaira pas à tout le monde, c'est certain. Le titre est clivant dans beaucoup trop d'aspects. L'humour barré fait parfois (souvent) mouche, mais peut aussi vous laisser de glace, l'esthétique classique peut rebuter, de même que le choix du point & click. Mais, croyez moi, le jeu mérite vraiment le coup d'œil.

Hommage à l'art pictural, à la musique classique et aux Monty Python, The Procession to Calvary est un ovni vidéoludique qui a sa place dans toutes les collections de gamers passionnés. Et ça tombe bien, parce qu'il est maintenant disponible en version boîte !

A propos de l'auteur Scylla

J'ai découvert les jeux vidéo avec la Master System II et Alex Kidd in Miracle World, la saga Sonic, Shinobi et Batman Returns. Ensuite, mes parents ont eu la bonne idée de m’acheter une Nintendo 64. Logiquement, je suis devenu ...
Voir son profil complet